Après plusieurs glorieuses décennies, l'attrait pour les boîtes de nuit semble décliner auprès de la jeune génération. Au Royaume-Uni, le nombre d'établissements nocturnes est passé de 3 100 en 2005 à 1 700 l'année dernière. Et en France ? Leur nombre a été divisé par deux en trente ans. Entre 2008 et 2010, 800 discothèques ont fermé et le chiffre d'affaires du secteur a chuté de 30%. Si l'explication vient en partie du coût de ces soirées (prix de l'entrée et des consommations), l'avènement des réseaux sociaux et des applications de rencontres ont également joué un rôle prépondérant dans ce désamour entre les fêtards et les boîtes de nuit. Désormais, la « génération Snapchat » se tourne vers des modèles de soirées en petit comité, avec des déclinaisons infinies de thèmes.

Publié dans Communiqués de presse