mardi, 03 octobre 2017 14:07

Google ne pénalisera plus les sites d'actualité qui offrent des contenus payants

Google met de côté sa politique qui pénalisait les éditeurs d'actualité qui choisissent de cacher leurs articles derrière une souscription payante.

Google exigeait que les éditeurs fournissent un minimum de trois articles gratuits par jour via la recherche Google et Google Actualités avant de demander aux lecteurs de payer des frais d'abonnement. Ceux qui ne l'ont pas fait ont fini par perdre du trafic dans le cadre de la pénalité.


Google remplace First Click Free avec un échantillonnage flexible, ce qui permettait aux éditeurs de décider du nombre d'articles à offrir gratuitement, le cas échéant. Bien que Google exhorte les éditeurs à offrir au moins un contenu gratuit, il ne pénalisera plus les éditeurs qui choisissent de garder l'ensemble de leurs articles derrière un paywall.

"Les éditeurs sont les mieux placés pour déterminer le niveau d'échantillonnage gratuit qui leur convient le mieux", a déclaré Richard Gingras, vice-président de Google, dans une publication sur le blog expliquant le changement de politique. "Les éditeurs reconnaissent généralement que donner aux gens l'accès à un contenu gratuit est la façon de persuader les gens d'acheter leur produit. L'approche typique de l'échantillonnage est un modèle appelé le dosage, ce qui permet aux gens de voir un nombre prédéterminé d'histoires gratuites avant qu'une demande de paiement ne soit lancée."

Google recommande que les sites d'actualités utilisent des compteurs mensuels plutôt que quotidiens. Ceci, a déclaré la société, donne aux éditeurs plus de flexibilité pour expérimenter le nombre d'histoires gratuites à offrir aux lecteurs et cibler les personnes les plus susceptibles de s'inscrire. En moyenne, 10 articles gratuits par mois fonctionnent bien, a déclaré Google.

L'entreprise espère également simplifier le processus d'abonnement, ce qui peut être un problème auquel de nombreuses personnes ne veulent tout simplement pas faire face.

"Dans une première étape, nous profitons de nos technologies d'identification et de paiement existantes pour aider les personnes à s'abonner sur un site Web d'une publication en un seul clic, puis accéder sans problème à ce contenu, qu'il s'agisse du site de l'éditeur ou de l'application mobile", a déclaré Gingras. "Et comme les produits d'actualité et les modèles d'abonnement varient considérablement, nous collaborons avec les éditeurs du monde entier pour créer un mécanisme d'abonnement capable de répondre aux besoins d'un large éventail d'approches - au bénéfice de l'industrie des actualités et des consommateurs."

Google cherche également à utiliser ses capacités de machine learning pour aider les éditeurs à identifier non seulement les abonnés possibles, mais présenter la bonne offre aux personnes qui seront sont les plus susceptibles de s'inscrire.

Version AMP de l'article

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.