mardi, 07 mars 2017 08:58

Les conséquences terrifiantes de la dépendance mobile

Avec des smartphones offrant autant de fonctions qu'un ordinateur de bureau, il n'est pas étonnant que les gens passent beaucoup de temps à les regarder. Ces appareils divertissent, informent et connectent les gens au monde. En conséquence, de nombreuses personnes deviennent dépendantes des appareils mobiles.


Augmentation de l'anxiété

Une des activités les plus courantes pour lesquelles les gens utilisent leurs téléphones mobiles est la lecture et consulter les réseaux sociaux. C'est addictif de voir les gens "liker" ou "commenter" vos messages. Cela peut entraîner une anxiété accrue et un comportement obsessionnel.


Distraction

L'utilisation d'appareils mobiles peut être si addictif qu'une fois un téléphone en main, vous pouvez vous détacher de qu'il peut se passer dans le monde réel. Ce n'est pas rare de voir quelqu'un en train de marcher dans la rue et se prendre un poteau. Les appareils mobiles détournent les parents des activités de leurs enfants et sont même une distraction potentiellement mortelle pour les automobilistes.

Éviter les interactions réelles

La dépendance mobile fait que certaines personnes évitent les interactions réelles. Au lieu de rencontrer des amis autour d'un café, les gens s'envoient des SMS. Ce n'est pas si rare de voir des gens qui envoient des messages à leur conjoint ou leurs enfants alors qu'ils sont dans la même pièce.

Insomnie

Passer beaucoup de temps à regarder un appareil mobile peut devenir si addictif que l'on peut finir par manquer de sommeil. L'exposition à la lumière vive de l'appareil peut même rendre provoquer des difficultés pour s'endormir. La notification d'un nouveau message ou la mise à jour d'une application peut allumer le périphérique et vous réveiller. On peut même perdre toute notion du temps en jouant à un jeu, en lisant des messages..

L'anatomie d'une dépendance

De nouvelles études remettent en question les fondements d'une dépendance. La définition traditionnelle avance quelque chose comme ceci : l'adolescent a de mauvaises fréquentations, s'essaye à de nouveaux jeux, se laisse tenter par un joint. Les substances chimiques contenues dans la substance provoque une dépendance qui envoie junior tout droit dans une spirale infernale et il recherche des substance plus fortes et toujours plus fortes pour rester au top.

Cependant, les experts croient maintenant que les crochets chimiques dans les narcotiques ont peu ou rien à voir avec la dépendance. Au contraire, les envies de dépendance sont une réponse aux collisions provoquées après la libération de dopamine dans le noyau Accumbens du cerveau. Cette libération de dopamine peut être déclenchée par un médicament, mais aussi par l'adrénaline d'un parcours thématique passionnant, un premier baiser, la découverte de la pornographie, relever un nouveau défi dans un jeu vidéo ou recevoir un message de sa meilleure amie. Chacun de ces comportements stimulent la libération de dopamine, ce qui signifie que l'un d'eux peut devenir très, très addictif.

Un autre fait est que les cerveaux de nos adolescents ne sont pas complètement mûrs. Alors que les adolescents et les jeunes adultes s'appuient sur des raccourcis dopaminiques via Instagram, la pseudo-connectivité digitale de Tinder.. il est fort probable que leur cerveau s'appuiera sur ces stimuli plutôt que de chercher une connectivité réelle - dans le monde réel. Étant à la fois fortement dépendants de la technologie et incapables de faire une connexion humaine authentique, ces jeunes toxicomanes vont probablement tomber dans un sombre et dangereux épisode dépressif qui pourrait menacer leur propre vie. Cela peut sembler exagéré, mais à une époque où les taux de suicide sont en hausse, c'est une préoccupation très réelle.


La dépendance mobile affecte votre vie sociale, vos relations, votre productivité et votre concentration. Elle peut même avoir un impact considérable sur votre santé et votre bien-être. Quelle est la réponse ? Avons-nous tous besoin de vivre comme des Amish pour éviter les complications de la vie du XXIe siècle? Je suis particulièrement enclin à adopter toutes les technologies qui viendront me simplifier la vie, mais il faut aussi apprendre à se déconnecter, avec des mesures simples, comme charger son mobile à l'extérieur de sa chambre, ou s'offrir une soirée "déconnectée" au moins une soirée par semaine.

Version AMP de l'article

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.