Les entreprises de la zone EMEA se tournent de plus en plus vers Office 365 de Microsoft, même si compte tenu de toutes les cyber attaques récentes, les inquiétudes concernant la sécurité restent l’un des freins les plus importants à l’adoption du cloud. Telle est une des principales conclusions d’une enquête internationale conduite auprès de plus de 1.100 organisations par Barracuda Networks, Inc. (NYSE: CUDA), un leader des solutions de sécurité et de protection de données basées sur le cloud.

Par Andrew Filev, CEO de Wrike

J’ai récemment fait découvrir à mes enfants la trilogie originale des films de Star Wars. Alors que nous les regardions ensemble, quelque chose m’interpelait. Cette « chose » est un robot métallisé couleur or, aussi dégingandé que maladroit, et qui se prénomme C-3PO.

C-3PO est un robot plutôt terrible dans son genre. Son corps lourd, sujet à de nombreux accidents, n’existe que pour transporter son logiciel d’un point à un autre. Il aurait facilement pu exister sous la forme d’un petit terminal que l’on sort de sa poche lorsqu’on a besoin de négocier avec de quelconques Jawas, et que l’on range lorsque l’on veut voyager tranquillement dans l’espace sans avoir à subir ses commentaires narquois.

Cela dit, les relations entre C-3PO et ses partenaires humains fournissent plusieurs informations intéressantes sur l’automatisation des tâches intellectuelles. Il est « toujours actif » en arrière-plan pour établir des communications et fournir des informations issues de sa base de données. Mais même s’il possède des capacités de traitement supérieures à celles des humains autour de lui, il n’est là que pour jouer un rôle de conseiller. Il dépend de leur créativité et de leur intelligence émotionnelle pour résoudre les problèmes.

Les équipes et les responsables informatiques peuvent apprendre beaucoup de cette relation, dans un contexte où l’automatisation dans l’entreprise se normalise de plus en plus. Dans un système idéal, l’automatisation ne remplace pas la réflexion humaine mais la démultiplie en fournissant de meilleures informations, et en confiant à un logiciel un grand nombre de tâches répétitives. L’objectif est de suppléer à la pensée humaine pour obtenir la meilleure qualité de travail de la part de vos employés les plus talentueux.

A l’occasion des 10 ans de sa plateforme française, idealo, le 1er comparateur de prix d’Europe du groupe Axel Springer, a analysé l’évolution de l’e-commerce au cours de cette période. Comment ont évolué les habitudes de consommation des internautes ? Quels sont les catégories et les produits en tête des recherches chaque année ? Comment a évolué la part des recherches effectuées sur iOS et Android ? Concernant le shopping en ligne, quels sont les changements majeurs depuis 2007 et pendant quelles semaines les internautes préfèrent-ils faire leurs achats ?

Pour la deuxième année consécutive TravelCar, leader mondial de l’autopartage entre voyageurs sera présent à la seconde édition d’Autonomy, le Sommet de la mobilité urbaine, à Paris du 19 au 21 octobre à la Grande Halle de la Villette. A ce jour 220 exposants sont réunis pour présenter des solutions innovantes en matière de déplacements urbains.

Les analystes de FireEye ont détecté au cours des derniers mois plusieurs campagnes massives de diffusion du malware FormBook, ciblant principalement les secteurs de l’Aérospatial, de la Défense et de l’Industrie Manufacturière aux Etats Unis et en Corée du Sud. Les attaquants à l’origine de ces attaques par email ont exploité une variété de mécanismes de distribution pour délivrer le malware FormBook, dédié au le vol d’informations, dont :

- Des fichiers PDF contenant des liens de téléchargement
- Des fichiers DOC et XLS contenant des macros malicieuses
- Des fichiers « zippés » (ZIP, RAR, ACE et ISO) contenant des fichiers EXE.

Les campagnes PDF et DOC/XLS ont impacté principalement les Etats Unis, et les campagnes « zip » ont largement impacté les Etats Unis et la Corée du Sud.

Mazars, organisation internationale spécialisée dans l’audit, le conseil et les services comptables, fiscaux et judiciaire, dévoile sa dernière étude « Vers un nouveau luxe : éthique et création de valeur ».

En quelques années, Instagram s’est imposé comme un élément clé de la stratégie marketing des entreprises de tout secteur comme en témoigne son adoption par 86 % des grandes marques internationales en 2016. Après avoir initialement mis en œuvre une stratégie qui constitue un levier pertinent pour cristalliser l’attention de leur audience sur Instagram, certaines sociétés constatent une réduction des performances de leur compte. L’engagement suscité par la marque diminue de sorte qu’il devient de plus en plus difficile de convertir les abonnés en clients. Pourtant, de bonnes pratiques permettent de développer une présence plus dynamique sur Instagram. Iconosquare dresse une liste de 8 astuces destinées à redonner du souffle aux profils des marques qui souhaite optimiser leur présence sur le célèbre réseau social.

WatchGuard Technologies annonce les résultats de son rapport trimestriel sur la sécurité Internet, qui dresse le bilan des menaces de sécurité les plus récentes affectant les ordinateurs et les réseaux des petites et moyennes entreprises (PME) et des entreprises distribuées. Parmi ses principales conclusions, le rapport du deuxième trimestre 2017 révèle que les cyber criminels portent un intérêt croissant aux vols d’identités, et qu’une proportion record (47%) de tous les malwares rencontrés sont nouveaux (inconnus jusqu’alors) ou ‘zero day’, et donc capables de contourner les solutions antivirus basées sur des signatures.

Les données Firebox Feed pour le deuxième trimestre montrent que les cyber criminels n’ont jamais accordé autant d’intérêt aux vols d’identités,” a déclaré Corey Nachreiner, chief technology officer chez WatchGuard Technologies. “Des attaques de ‘phishing’ basées sur JavaScript et autres tentatives de vol de mots de passe Linux aux attaques frontales contre des serveurs web, l’impression générale est que l’accès aux ‘logins’ est devenue la première des priorités pour les criminels. Sachant cela, les entreprises doivent renforcer leurs serveurs les plus exposés, considérer sérieusement la mise en place de systèmes d’authentification forte, former leurs utilisateurs à identifier les attaques de ‘phishing’et mettre en oeuvre des solutions avancées de prévention contre les menaces pour protéger leurs données sensibles.

Nouvelle règlementation du Swiss Made qui impose qu’au moins 60% du coût de revient d’une montre soit réalisé en pays helvète, lancement de smartwatches et nouvelles opportunités liées à l’essor du numérique… Dans ce contexte marqué par de fortes transformations, Deloitte publie la 6ème édition de son étude sur l'industrie horlogère suisse.

- Les exportations de montres suisses ont augmenté au deuxième trimestre 2017 pour atteindre une valeur de 5 milliards de francs suisses (4,4 milliards d’euros) contre 4,8 milliards de francs suisses (4,2 milliards d’euros) en 2016
- Top 5 des facteurs de risques du secteur horloger suisse : une baisse de la demande étrangère (57%), la force du franc suisse (48%), un déclin de la demande intérieure (39%), la nouvelle règlementation Swiss Made (25%) et les smartwatches (23%)
- 52% des cadres dirigeants de l’horlogerie suisse sont optimistes quant aux perspectives de l’industrie pour les 12 prochains mois, contre seulement 2% en 2016

« Avec des exportations plus faibles que prévu en raison de la baisse de la demande, notamment en Asie et aux États-Unis, les deux marchés d'exportation les plus importants pour les montres suisses, 2016 a été l’une des années les plus difficiles depuis la crise financière internationale. Aujourd'hui, nous constatons des signes prometteurs. En effet, le positionnement unique de cette industrie sur le segment du luxe, sa capacité d'innovation et l'excellente image de marque de ses principaux acteurs devraient lui permettre de s'adapter aux nouvelles conditions du marché. » affirme Bénédicte Sabadie, Associée en charge du secteur Luxe chez Deloitte France.

Alors que les objets connectés envahissent petit à petit notre quotidien, idealo, le comparateur de prix du groupe Axel Springer, a souhaité s’intéresser à une catégorie particulière de ces objets high tech. Après s’être penché sur la relation entre les Français et les objets connectés, idealo a choisi de se concentrer plus particulièrement sur les objets connectés électroménagers : depuis un an, comment a évolué la demande de ces objets ? Leur prix a-t-il stagné, augmenté ou diminué ? Par rapport aux objets non connectés, comment a évolué la part des objets connectés électroménagers ?

Avant de nous intéresser à l’étude, quelques précisions paraissent nécessaires :

- Le prix moyen est calculé en fonction de l’ensemble des produits électroménagers connectés proposés sur internet ;
- La demande d’un objet correspond aux nombres de demandes faites par les consommateurs pour la catégorie d’objets connectés électroménagers concernée ;
- La part de la demande représente la part que l’objet électroménager connecté en question occupe sur la demande totale d’objets électroménager de la même catégorie. Par exemple : la part de la demande de lave-linges connectés est aujourd’hui de 69 % sur la demande totale de lave-linges, les lave-linges non-connectés représentant donc 31 % de la demande.