mercredi, 24 août 2016 16:58

Popups et bannières intrusives sanctionnées par Google dès 2017

Écrit par
Publié dans news
Tags:
Popups et bannières intrusives sanctionnées par Google dès 2017 Popups et bannières intrusives sanctionnées par Google dès 2017

Google prévoit de pénaliser les sites Web mobiles qui permettent l'affichage de popups et autres publicités intrusives qui interfèrent avec l'expérience utilisateur.


Les pages qui permettent ces annonces, qui sont connues comme interstitielles, peuvent être déclassées dans les résultats de recherche en début d'année prochaine.

"Les pages interstitielles intrusives offrent une plus pauvre expérience utilisateur que d'autres pages où le contenu est immédiatement accessible", a déclaré le chef de produit Google Doantam Phan dans un billet de blog.

"Cela peut être problématique sur les appareils mobiles, où les écrans sont souvent plus petits. Pour améliorer l'expérience de recherche mobile, après le 10 janvier 2017, les pages où le contenu n'est pas facilement accessible à un utilisateur à partir des résultats de recherche mobile pourront voir leur classement affecté."

Ce que Google ne verra pas d'un bon oeil:

- Les popups qui couvrent le contenu principal de la page, soit immédiatement après que l'utilisateur arrive sur une page issue des résultats de recherche, ou lors d'une recherche à travers la page.
- Des interstitiels autonomes sur lesquels l'utilisateur doit cliquer avant de pouvoir accéder au contenu principal.
- Une mise en page où la partie au-dessus de la page semble similaire à un interstitiel autonome, mais dont le contenu original a été placé sous le pli.

Comme toujours, il y a quelques exceptions à la règle: certaines popups seront considérées par Google comme non-intrusives, comme celles fournit par un service public. Les popups informant les utilisateurs de la politique des cookies d'un site ou celles qui demandent la vérification de l'âge, par exemple, seront toujours autorisées.

Les bandeaux publicitaires qui utilisent "une quantité raisonnable de l'espace de l'écran et qui sont facilement révocables", seront également autorisés.

Enfin, Google a également dit qu'il allait supprimer son label "site mobile" parce que plus de 85% des sites répondaient maintenant aux critères.

"Pour garder les résultats de recherche épurés, nous supprimerons le label, bien que les critères mobile-friendly continueront d'être un signal de classement", a déclaré Phan. "Nous allons continuer à fournir le rapport de compatibilité mobile sur la Search Console et le test mobile-friendly pour aider les webmasters à l'évaluer leurs pages."

Version AMP de l'article

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.