WEB, MOBILE, RÉFÉRENCEMENT

mardi, 28 octobre 2014 12:08

"Les enfants de la récession" : l’impact de la crise économique sur le bien-être des enfants dans les pays riches

Publié dans Communiqués de presse

Un nouveau rapport de l'UNICEF montre que 2,6 millions d'enfants ont sombré sous le seuil de pauvreté dans les pays les plus riches du monde depuis 2008, ce qui porte l’estimation du nombre total d'enfants vivant dans la pauvreté à 76,5 millions.

Le rapport « Les enfants de la récession », réalisé par le centre de recherche Innocenti de l’UNICEF, classe 41 pays de l'OCDE et de l'Union européenne, selon l’évolution du taux de pauvreté des enfants entre 2008 et 2012. Il souligne aussi la proportion grandissante des 15-24 ans socialement disqualifiés, qui ne sont ni dans le système éducatif, ni en situation d'emploi ou de formation (taux NEET).

Dans le classement concernant l’évolution de la pauvreté des enfants, la France se situe en 30e position des 41 pays étudiés, avec une augmentation du taux de pauvreté des enfants de 3 points (de 15,6 % à 18,6 %) entre 2008 et de 2012, ce qui correspond à une augmentation nette d’environ 440 000 enfants pauvres.

« La connaissance et la conscience des conséquences de la crise sur les enfants dans nos sociétés riches sont dramatiquement insuffisantes. Le rapport que nous publions aujourd'hui est destiné à mettre en lumière ces conséquences désastreuses sur les enfants, mais aussi sur les adolescents et les jeunes. Nous voulons provoquer une véritable prise de conscience des décideurs politiques : avoir comme mot d’ordre « garantir l’intérêt supérieur de l’enfant », qui est le fondement de la Convention internationale des droits de l’enfant, dont nous célébrons les 25 ans cette année. », explique Michèle Barzach, Présidente de l’UNICEF France.

« Beaucoup de pays riches ont subi un « grand bond en arrière » en termes de revenu du ménage, et l'impact sur les enfants aura des répercussions directes et durables pour eux et leurs familles», ajoute Jeffrey O'Malley, responsable de la politique et de la stratégie mondiale de l'UNICEF.

« Le Centre de recherche Innocenti de l'UNICEF montre que la force des politiques de protection sociale est un facteur déterminant dans la prévention de la pauvreté. Tous les pays doivent être en mesure de maintenir de solides filets de sécurité sociale pour protéger les enfants dans les mauvais comme dans les bons moments - et les pays riches doivent donner l'exemple, en s'engageant explicitement à éliminer la pauvreté des enfants, à élaborer des politiques ciblées pour compenser les ralentissements économiques, et à faire du bien-être des enfants une priorité absolue », selon Jeffrey O'Malley.

 

Le rapport de l'UNICEF met en avant un certain nombre de constatations importantes notamment :

-Dans 23 pays, la pauvreté des enfants a augmenté depuis 2008, avec de grandes variations selon les pays (de 0,5 point en Israël jusqu’à 20,4 points en Islande).

-Les 5 pays les plus mal classés dans le tableau mesurant l’évolution de la pauvreté des enfants (ceux qui ont connu la détérioration la plus forte, de 10 à 20 points – ce qui représente une augmentation jusqu’à plus de 50 %) sont : l’Irlande (10,60 points d’augmentation), la Croatie (11,80), la Lettonie (14,60), la Grèce (17,50) et l’Islande (20,40).

-Deux tiers des pays européens étudiés ont connu une aggravation du dénuement matériel sévère après 2008. La Grèce fait partie des pays ayant connu les plus fortes augmentations absolues, avec un taux dénuement matériel sévère des enfants qui a doublé. Dans les pays les plus touchés, la proportion d’enfants gravement défavorisés a quasiment doublé en quatre ans.

-La récession a particulièrement frappé les 15-24 ans, avec une augmentation d’un million du nombre de jeunes ne suivant ni études, ni formation et ne travaillant pas (les NEET). Cette hausse est considérable et porte, en 2013, le nombre de ces jeunes à environ 7,5 millions dans l'Union européenne, soit presque l'équivalent de la population de la Suisse).

-La France se situe au 12e rang sur les 41 pays étudiés avec 11,2 % des 15-24 ans qui n’étaient pas scolarisés, n’avaient pas de travail ou ne suivaient pas de formation en 2013.

-Dans 28 des 31 pays étudiés, le taux de pauvreté des jeunes a augmenté plus rapidement (ou diminué plus lentement) que celui des personnes âgées.

-En France, alors que la pauvreté des enfants a augmenté de 3 points entre 2008 et 2012, la pauvreté chez les personnes âgées a diminué de 2,9 points et le chômage des jeunes a augmenté de cinq points depuis 2008, avec 23,9 % des 15-24 ans demandeurs d'emploi en 2013.

« Des millions d’enfants supplémentaires auraient peut-être pu être aidés si certaines politiques de protection existantes avaient été plus solides et si elles avaient été renforcées pendant la crise économique. Celle-ci a exposé 619 000 enfants supplémentaires à des épreuves et à des risques durables en Italie, 440 000 en France, 1,7 million aux Etats-Unis et 2 millions au Mexique. Dans certains pays, sans des mesures spécifiques, ciblées, c'est une génération entière qui pourrait être sacrifiée. C'est un drame pour les enfants eux-mêmes, mais aussi pour l'avenir de nos sociétés », déclare Michèle Barzach.

 

« Les enfants de la récession: L'impact de la crise économique sur le bien-être des enfants dans les pays riches », est le douzième d'une série de rapports annuels publiés par Innocenti, le Centre de recherches UNICEF. Il s’appuie sur un point de repère fixe, le seuil de pauvreté relative de 2008 et ajusté à l'inflation, pour évaluer l’évolution absolue de la pauvreté des enfants au fil du temps. Le seuil est 'fixé' à 60% du revenu médian - le seuil de pauvreté utilisé par EUROSTAT. Cette mesure est particulièrement utile pour apprécier les effets de la récession, dans une situation où les revenus de toute la population évoluent et où les individus comparent leurs ressources à celles de leurs voisins ou à leur propre situation avant la crise. 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.