mercredi, 15 octobre 2014 11:09

L'attitude des Français et des investisseurs actifs face au financement des entreprises

Publié dans Communiqués de presse

La crise financière a rappelé le rôle majeur des comportements d'épargne et de placement des ménages dans l'équilibre de notre économie et plus particulièrement dans le financement des entreprises. Actionaria a souhaité ainsi évaluer et comprendre le comportement des Français et des investisseurs individuels actifs face aux financements des entreprises. L'enquête a été réalisée fin septembre et début octobre 2014 par l'institut OpinionWay auprès de 2 cibles :

-1 030 individus représentatifs des Français

-300 investisseurs actifs Français

 

Extrait des résultats :

1-    Critères de l'investissement en entreprise 

Les Français sont particulièrement ouverts à l'investissement en entreprise dans les cas où cet investissement les impacterait directement. Les investisseurs actifs, quant à eux, restent pour la plupart très attachés à l'investissement dans les  grandes entreprises, dont les entreprises du CAC 40, et dans les entreprises non cotées.

  • 39% des Français et 37% des investisseurs se disent enclins à investir dans une entreprise qu'ils seraient amenés à créer. 32% des Français et 49% des investisseurs actifs dans leur propre entreprise.
  • En revanche, 89% des investisseurs actifs sondés auraient comme priorité l'investissement dans une entreprise du CAC 40 (27% pour les français) et 70% dans une entreprise non cotée en bourse (24% pour les Français).

L'étude ne fait pas ressortir de différence notoire quant à l'intérêt des Français et des investisseurs actifs pour l'investissement dans une PME cotée (respectivement 26% et 25%).

 

2-    Les raisons de l'investissement en entreprise

Pour les deux populations interrogées, la rentabilité apparaît comme le principal critère de décision en matière d'investissement dans une entreprise (pour 58% des investisseurs et 35% des Français).  

  • Après la rentabilité, les 2ème et 3ème critères cités par les Français sont le placement «sûr» et le soutien à l'économie française (au niveau local et national).
  • Quant aux investisseurs actifs, ils mettent en 2ème position la diversification de l'épargne (35% des sondés) et la souplesse de l'investissement (28% des interrogés).

 

3-    Les principaux freins à l'investissement dans une entreprise

Dans un contexte économique délicat, la peur du risque et le manque de visibilité sont les deux principaux freins à l'investissement en entreprise. 

  • 56% des Français conçoivent l'acte d'investir en entreprise comme trop risqué (peur de perdre de l'argent), alors qu'ils ne sont que 44 % des investisseurs à avoir le même sentiment.
  • Pour 47 % des investisseurs le principal frein est lié au manque de visibilité et de transparence (29% des Français).
  • 43% des investisseurs actifs et 36% des Français estiment ne pas avoir assez de liquidités pour investir en entreprise.

 

4-    La perception de l'investissement en entreprise

L'investissement en entreprise est perçu par les deux populations comme utile au bon fonctionnement de l'économie, bien qu'il soit considéré comme un acte risqué.

  • 80% des investisseurs actifs conçoivent l'acte d'investir en entreprise comme risqué, alors qu'ils sont 62% des Français à avoir le même constat.
  • Néanmoins, 79% des investisseurs actifs perçoivent l'investissement en entreprise comme utile à l'économie française.
  • Cette assertion est moins évidente pour les Français sondés, qui ne sont que 39% à estimer que l'investissement en entreprise est utile au bon fonctionnement de l'économie française.

 

Les Français considèrent que l'investissement en entreprise n'est pas particulièrement un placement rentable et attractif, alors que les investisseurs sont davantage convaincus du potentiel de l'investissement en entreprise.

  • Seuls 9% des Français conçoivent l'investissement en entreprise comme rentable, ils privilégient les placements en immobilier (34%) et en assurance vie (25%).
  • Alors que pour les investisseurs actifs, le critère principal est, en premier lieu, la rentabilité (52%), suivi par l'immobilier (22%) et l'assurance vie (18%).
  • Par ailleurs, il est à noter que les deux populations considèrent le livret A comme peu attractif et rentable.

 

5-    La confiance dans l'avenir

Les deux populations interrogées se révèlent être plutôt pessimistes  concernant l'avenir de l'économie française. En revanche, moins inquiètes quant à l'évolution des entreprises.

 

  • 83% des investisseurs et 77% des Français se disent être pessimiste quant à l'avenir de l'économie française.
  • 52% des investisseurs ont confiance dans l'évolution des PME et 82% dans les entreprises du CAC 40

(respectivement 37% et 54% pour les Français interrogés).

 

6-    Perception de l'investissement en actions

Malgré la reprise des marchés, l'investissement en actions suscite toujours la prudence pour les deux populations, bien que leur perception s'améliore nettement. En revanche, il est à noter que les investisseurs actifs sont tout de même plus confiants à l'égard de l'investissement en actions.

  • 52% des Français (73% en 2013) et seulement 20% des investisseurs actifs (33% en 2013) interrogés ont exprimé leur prudence quant à l'investissement en actions.

 

7-    Attrait pour les nouvelles introductions et le PEA PME

L'étude met en exergue que les nouvelles introductions boursières et le dispositif PEA PME ont peu séduit les Français et les investisseurs actifs.

  • Seuls 6% des Français et 1/3 des investisseurs ont au cours des 12 derniers mois investi dans de nouvelles introductions en bourse.

Seuls 4% des Français et 19% des investisseurs actifs ont souscrit un PEA PME au cours des 12 derniers mois.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.