La nécessité de boire de l’eau ne fait pas débat. Une question demeure néanmoins prédominante : quelle quantité d’eau boire chaque jour ?

Même si ce sujet a déjà été étudié par de nombreux scientifiques, il fait l’objet de nombreuses informations erronées qui circulent régulièrement. Afin de rétablir la vérité, les grands embouteilleurs d’eaux ont, à travers leur fédération européenne, souhaité revenir sur les hypothèses préalablement développées. C’est dans le cadre de cette initiative que Nestlé Waters France a soutenu et contribué à l’étude conduite par le Professeur de Physiologie Eric Jéquier, expert reconnu en nutrition. Ce travail, dont quelques conclusions ont déjà été présentées lors du colloque « Eau, Hydratation et Sport » qui s’est tenu le 10 juin 2009 au Parc des Princes en présence notamment du Pr Cabrol et du Dr Recchia et de plusieurs sportifs professionnels, est à paraître dans « Les Cahiers de la Nutrition et de la diététique », en septembre 2009.

En voici les principaux enseignements indiscutables :
Le rôle essentiel de l’eau est souvent ignoré au sein des recommandations nutritionnelles et l’importance d’une hydratation adéquate est rarement mentionnée. Pourtant, l’eau est le principal constituant du corps : l’eau, c’est 60% du poids d’un adulte et même un peu plus pour celui d’un enfant… L’eau est un nutriment vital : présente dans toutes les cellules, elle a des propriétés uniques de solvant, de transporteur, de thermorégulation, de lubrifiant, d’absorbeur de chocs… Ainsi, les apports et les pertes d’eau doivent être compensés en 24 heures. Chaque jour un adulte perd en moyenne entre 2 et 3 litres d’eau (respiration, urine, transpiration). Il faut donc en permanence rééquilibrer son corps, maintenir sa balance hydrique.

L’eau produite par le métabolisme et celle apportée par les aliments n’est bien sûr pas suffisante… La quantité d’eau qui doit être bue par un adulte sédentaire vivant en climat tempéré est estimée à 1,5 litre chaque jour. Les risques de déshydratation sont particulièrement élevés chez les nourrissons et les personnes âgées… Mais les symptômes de déshydratation chez l’adulte sont beaucoup moins connus : baisse de la concentration, baisse de la vigilance, baisse de la performance, fatigue, maux de têtes sont autant de signes qui peuvent être liés à une déshydratation modérée. La sensation de soif est le premier signe visible mais lorsqu’elle arrive, généralement, la déshydratation est déjà bien installée ! Il vaut donc mieux boire avant d’avoir soif.

Chez un sportif de haut niveau, l’hydratation est un facteur essentiel pour le maintien de la performance et la récupération… Et chez un sportif occasionnel, un jogging d’une heure entraîne en moyenne la perte d’1 litre d’eau ! Les sportifs professionnels sont bien conscients de cette notion essentielle d’hydratation. Les comportements des sportifs concernant l’eau changent progressivement au cours de leur carrière.

Bernard DIOMEDE (Football – Champion du Monde 1998) : « En équipe, face à des joueurs de 25-30 ans, on se dit que s’ils durent sur le terrain et s’ils récupèrent bien, c’est qu’ils font bien les choses. Corentin Martins, par exemple, avait toujours une bouteille d’eau avec lui. (…) Bien manger et boire de l’eau permet d’être régulier dans le sport, de ne pas avoir de baisse de régime. (…) Pour moi, rien ne vaut l’eau, c’est la base d’une hydratation saine et d’un corps sain. »

Taïg KHRIS (Roller – Champion du Monde) : « Quand j’étais petit, je me servais un verre d’eau quand j’avais soif ; donc quand je fais du sport, c’est pareil. J’ai juste réalisé, à force de m’entraîner, qu’il fallait boire petit à petit tout au long de la journée et non de grandes quantités en peu de fois car alors je me sentais trop lourd et pas du tout à l’aise pour faire mes figures. Et puis en buvant, je limite les coups de barre et c’est important car je dois toujours être au top pour ne pas me blesser. »

Sophie KAMOUN (Natation – 26 fois Championne de France, Finaliste aux JO d’Atlanta) : « En natation on n’a jamais la bouche sèche et on ne se rend pas compte qu’on transpire. Quand on passe 6 ou 7 heures par jour dans l’eau, on n’a pas la démarche naturelle de s’hydrater. On ne s’hydrate pas si on n’a pas une bonne éducation sur l’hydratation. »

Maureen NISIMA (Escrime – Médaillée de Bronze aux JO d’Athènes) : « Je bois très très peu, ce qui est néfaste à ma récupération. Lors d’une séance d’entraînement, je bois facilement 1 à 1,5 litre d’eau. En escrime, les pertes d’eau sont énormes. En compétition, je dois m’hydrater entre les matches pour ne pas avoir de crampes, de coups de pompes… et garder toute ma lucidité. »

Camille PIN (Tennis – 86e au classement ATP 2008) : « J’ai tout de suite senti une différence quand l’hydratation est devenue importante dans ma carrière : je suis passée de 1,5 à 4 litres par jour. Ma récupération est bien meilleure et j’ai moins de courbatures. »

Florence CONSTANT (Médecin et PhD en Santé Publique, Responsable de la Recherche Clinique sur l’Hydratation au sein de Nestlé Waters) : « Une déshydratation modérée correspondant à une perte de poids corporel de 1 à 2% chez l’adulte peut induire des effets secondaires marqués. Ainsi, la déshydratation ne se fait pas seulement sentir lorsque l’on pratique une activité physique mais peut également survenir en pleine journée de travail et se manifester de diverses façons : baisse de vigilance, concentration, et mémoire à court terme,…»

Maintenir une bonne hydratation du corps contribue au maintien du fonctionnement optimal de notre organisme ! L’étude et les résultats complets sont d’ores et déjà consultables sur : www.em-consulte.com/article/218619